.

VOYAGE CULTUREL EN GROUPE

Voyage culturel en OUZBEKISTAN

11 jours
- Départ : 7 avril 2019 (vacances de Pâques)
- Départ : 18 septembre 2019 (programme et conditions ici)

.

Territoire de royaumes et de cultures disparues, comme la Bactriane, le Khorezm, la Sogdiane, la Parthie et des peuples qui contribuèrent à la formation de la culture ouzbèke : Kouchans, Tokhars, Arabes, Perses, Turcs, Mongols.
Carrefour des routes caravanières. La plus connue de ces routes est la célèbre Route de la Soie, reliant Xian, Serametropolis (sera = soie, en latin), à la Méditerranée. Du 6e au 14e siècle, la soie, les épices, les produits de luxe, la porcelaine, le savon, la poudre à canon, les sciences, les religions furent véhiculées par les marchands, les missionnaires et les savants le long de cette route qui reliait de façon pacifique peuples et pays.

.

Détails du voyage - départ 7 avril 2019

version 21/11/18 13:11

1er jour, 7 avril : BRUXELLES - ISTANBUL - TACHKENT

Rendez-vous à l’aéroport de Zaventem dans la matinée. Enregistrement et départ par vol de ligne Turkish Airlines à destination de TACHKENT, la capitale de l’Ouzbékistan, une des six républiques musulmanes de l’ancienne U.R.S.S., indépendante depuis le 31 août 1991.

2e jour, 8 avril : TACHKENT

Arrivée après minuit à TACHKENT. Après les formalités, nous sommes accueillis et transférés à l’hôtel City Palace pour quelques heures de repos et pour prendre le petit déjeuner. Déjeuner en ville. La nouvelle ville est le fruit d’un élan de solidarité des anciens Etats de l’U.R.S.S. après le séisme de 1966 : chacune des anciennes républiques prit une partie de la reconstruction en charge. Nous découvrons le style ouzbek dans les bâtiments modernes comme la Maison du Conseil des Ministres, le Théâtre Khamza, la Tour de Télévision,... Si le timing le permet, cela vaut la peine d’aller admirer quelques stations de métro. Déjeuner en ville. Dans l’après-midi, visite de Tachkent, métropole de l’Asie centrale et une des plus anciennes villes, dont nous parcourrons les 2000 années d’histoire. En visitant la nouvelle et la vieille ville, nous verrons combien cette histoire est émouvante et haute en couleurs. En traversant la ville, nous remontons le cours de l’histoire. Au 18e siècle, elle comptait 18 caravansérails et près de 5000 échoppes. Elle était en effet aux siècles passés un important centre de commerce et d’artisanat au carrefour des routes caravanières. Les monuments de la vieille ville sont autant de témoins de cette grandeur passée : la médersa Barak-Khana, le mausolée de Kaffah Chachi, du 16e siècle pour un théologien mort en 776, et la médersa Koukeldach, également du 16e siècle, où on immolait les femmes infidèles. Les coupoles turquoise du gigantesque hammam témoignent de la vivacité de cette ancienne institution orientale.
Au bazar d’Isk-juva, on trouve de tout et vous pourrez constater que le marchandage est le passe-temps favori des Ouzbeks. Non moins typiques sont les discussions dans les nombreuses “thaïkhana” ou maisons de thé.
Logement à l’hôtel City Palace**** ou similaire (Tashkent).

3e jour, 9 avril : TACHKENT - OURGUENTCH - KHIVA

Dans la matinée, envol pour OURGUENTCH, le chef-lieu moderne de la région de Khorezm, à 720 km de Tachkent, que nous atteignons après un vol d’environ une heure et demie. Accueil et transfert à KHIVA. Journée entière consacrée à la visite de KHIVA, ville plus que millénaire située à 32 km d’Ourguentch sur une ancienne route caravanière. C’était une ville du royaume de Khorezm, elle-même d’origine iranienne qui dut sa prospérité au perfectionnement de ses techniques d’irrigation particulièrement intéressantes dans ce désert du Karakoum. La ville partagea le sort de ce royaume qui fut envahi successivement par les Arabes en 712, par les Mongols en 1221, par Tamerlan à la fin du 14e siècle et par les Ouzbeks en 1512. Khiva devint enfin au début du 17e siècle la capitale d’un khanat indépendant, célèbre entre autres pour son marché aux esclaves. Après des guerres incessantes, le Shah de Perse, Nadir Shah, parvint en 1740 à annexer Khiva à son empire. Ce n’est qu’au début du 19e siècle, en 1804, que la dynastie des Kungrats rendit son indépendance et son éclat au khanat. Déjeuner dans un restaurant local.
Découverte de la ville extérieure ou Dihan Kala, habitée par la population actuelle, et de la ville intérieure, Ichan-Kala, véritable musée à ciel ouvert.
Visite entre autres du minaret Kalta Minar, qui devait devenir le plus haut minaret de l’Orient musulman. Ensuite, découverte du mausolée du poète Pahlavan Mahmoud, de la mosquée Djouma, des madrasas (ou médersas) comme celle d’Allakouli Khan et celui d’Islam Khodja, des forteresses comme Kounia Ark (l’ancienne citadelle), et enfin des palais comme le palais Tach Khaouli, “le domaine de pierre”, synthèse de l’architecture de maisons urbaines et de bâtisses rurales, conçues pour la défense, caravansérails et marchés. Dans ce rêve oriental de majoliques, marbres, fresques, briques et bois sculptés, retentissent les bruits des artisans : forgerons, potiers. La dinanderie de Khiva est réputée. Dîner dans une ancienne medersa.
Logement à l’hôtel Malika Khiva ou Asia Khiva*** ou similaire (Khiva).

4e jour, 10 avril : KHIVA - BOUKHARA

Départ pour Boukhara, située à 550 km d’Ourguentch. Quittant l’oasis du Khorezm la route longe en partie le cours de l’Amou Darya et traverse les étendues sablonneuses du Kizil Kum (Sable Rouge) pour atteindre enfin les plaines cotonnières gagnées sur le désert par irrigation au moyen des eaux de l’Amou Darya. Devant nos yeux se déploient de beaux paysages verdoyants, mais cette opération s’avère être grande catastrophe écologique pour le lac d’Aral, alimenté par le fleuve.
A midi, pique-nique dans le désert.
Après 7 heures de route, nous atteignons BOUKHARA, ancienne étape caravanière, une des perles parmi les cités qui s’égrenaient au fil de la Route de la Soie.
Dîner et logement à l’hôtel Omar Kayyam**** ou similaire (Boukhara).

5e jour & 6e jour, 11 et 12 avril : BOUKHARA

Bien que l’origine de la ville remonte plus loin dans le temps, car mêlée au sort du royaume Sogdiane conquis par Alexandre le Grand, le nom actuel de la ville provient du mot désignant un monastère (vikhara en sanskrit).
Aux grands moments de son histoire, la ville est toujours restée un foyer religieux et un refuge pour les persécutés. Après sa conquête par les Arabes en 709, Boukhara devint en 892 un important califat sous les Samanides, dont nous admirons l’admirable mausolée d’Ismaïl Samani.
Au 10e siècle, Boukhara a contribué au rayonnement de l’Islam avec des fils célèbres comme Abou Ali Ibn Sina, mieux connu chez nous comme Avicenne, l’Aristote du Moyen Age, poète, savant et médecin, auteur du “Canon”, pendant des siècles l’ouvrage de base des études médicales. Roudaki et Dakiki font briller dans leurs poèmes la richesse de la langue persane longtemps opprimée par les Arabes.
Découverte du Règhistan dominé par la forteresse Ark, résidence de l’émir jusqu’en 1920.
Le minaret Kalian (Grand Minaret), dominant avec ses 47 m l’ensemble Poï-Kalian (Pied du Grand) et relié par un petit pont à la mosquée Kalian (la Grande Mosquée), ne servait pas uniquement à appeler les fidèles à la prière, mais était également un véritable phare pour les caravanes qui traversaient le désert. De l’autre côté de la place se trouve la madrasa Mir-i-Arab, bel exemple du style des Cheibanides (16e siècle).
La médersa d’Olougbek est la plus ancienne d’Asie centrale. Sur le même axe, la médersa du Khan Abdalaziz avec ses belles majoliques a été bâtie par un souverain qui s’intéressait à la poésie mystique. Boukhara, traditionnellement centre religieux et intellectuel, donna d’ailleurs à l’Islam au 14e siècle le courant du Nakshandisme, une forme de soufisme.
Visite du Tchor Minar, “quatre minarets” qui faisait fonction de corps de garde à une madrasa.
Auprès de la belle pièce d’eau de Liab-i-Khaouz, l’âme de l’Asie centrale présoviétique se perpétue avec un charme nulle part égalé... Au bazar, broderies, fourrures, le célèbre Kara-Kul (Astrakan)...
Excursion à l’ensemble architectural que constitue le tombeau de Bakhauddin Naqshband et qui date des 15e et 16e siècles. C’est un lieu de pèlerinage non seulement pour les musulmans d’Asie centrale, mais également pour ceux du Caucase.
Au cours de notre séjour, nous assisterons un soir à une représentation folklorique.
Déjeuners et dîners dans des restaurants locaux. Logement à l’hôtel Omar Kayyam**** ou similaire (Boukhara).

7e jour, 13 avril : BOUKHARA - Chakhrissabz - SAMARKAND

Route pour Samarkand en suivant la vallée du Zeravchan et ses verdoyantes oasis.
Visite de CHAKHRISSABZ, la “ville verte”, l’ancienne Kech, où naquit Tamerlan en 1336. Il y fit élever entre 1374 et 1396 l’Ak-Saraï, l’immense “palais blanc”, qui reste aujourd’hui encore le monument le plus impressionnant de l’architecture laïque de l’Asie centrale médiévale. De l’époque timouride datent aussi la mosquée Roh-Gumbaz (“la coupole bleue”) et l’ensemble des mausolées Gumbaz-i-Zaidin. Nous nous promenons quelque peu dans le bazar et admirons dans ses échoppes broderie d’art, céramiques et tapis. Nous arrivons en fin d’après-midi à SAMARKAND.
Dîner et logement à l’hôtel Asia Samarkand**** ou similaire (Samarkand).

8e jour, 14 avril : SAMARKAND

Première prise de contact avec SAMARKAND, “perle de l’Islam”, “Rome de l’Orient”... Capitale de l’antique Sogdiane, qui résista pendant trois ans à Alexandre le Grand, Samarkand prospéra au carrefour des grands axes caravaniers venant de Chine, de Sibérie, de Perse et d’Occident. Après l’attaque sauvage des Arabes en 712, la ville reprend toute sa splendeur sous les Samanides (9-10e siècles) pour être réduite en cendres sous les coups de Genghis Khan, en 1220.
Une fois de plus elle sera rebâtie sur les cendres de ses faubourgs. Son heure de gloire vient deux siècles plus tard lorsque Tamerlan la choisit pour être la capitale de son empire. Oulougbek, son petit-fils, en fit une capitale des Sciences.
Son plus célèbre monument est le mausolée Gour-Emir (“tombeau de l’Emir) destiné au petit-fils préféré de Tamerlan. Quand Tamerlan, “le fléau de Dieu”, digne héritier de la Horde d’Or, l’homme des 100.000 crânes à Bagdad, mourut en 1405 son corps y fut enseveli dans un tombeau de néphrite vert sombre. L’équilibre entre la puissance et le raffinement s’apprécie encore mieux grâce aux deux mausolées qui flanquent de part et d’autre le Gour Emir.
Déjeuner (brochettes) dans un restaurant local de la ville en cours de visite.
Mais c’est l’ensemble du Régistan (“place de sable”), qui contribue à la célébrité de Samarkand. A la splendide médersa d’Oulougbek (1417-1420), la plus grande université d’Asie centrale où Oulougbek lui-même enseigna les mathématiques, furent ajoutées la médersa Cher-Dor (1619-1639) et la médersa Tilla Kari (1646-1660), chaque fois en respectant habilement l’unité de la place sans copier servilement le modèle existant.
Visite de l’observatoire d’Oulougbek et des ruines de la mosquée Bibi-Khanym, élevée sur ordre de la première épouse de Tamerlan. Tamerlan voulait que cette mosquée supplante tout ce qu’il avait pu admirer ailleurs. Dîner dans une demeure traditionnelle ouzbèke. Logement à l’hôtel Asia Samarkand**** ou similaire (Samarkand).

9e jour, 15 avril : SAMARKAND

Après le petit déjeuner, visite de la nécropole royale Chah-i-Zinda et du site archéologique d’Afrossiab, qui retrace l’histoire de la Samarkand originale, l’ancienne Maracanda légendaire, où une dizaine de civilisations se sont succédé.
Nous admirons au passage la toute proche mosquée Khazret-Khyzr, consacrée au vieux vagabond Khyzr, haut personnage du culte préislamique que l’islam a récupéré en l’élevant au statut de Kharzet (“Saint”).
Déjeuner dans un ancien caravansérail.
Dîner d’adieu avec le plat traditionnel ouzbek, le “plov”. Logement à l’hôtel Asia Samarkand**** (Samarkand).

10e jour, 16 avril : SAMARKAND

Après le petit déjeuner, nous visitons un atelier de production de papier de soie fabriqué à la base d’écorce de murier selon les anciennes technologies. Déjeuner et temps libre. Dîner. Après, un peu de temps pour se reposer et se rafraîchir avant le transfert à l’aéroport.

11e jour, 17 avril : SAMARKAND - ISTANBUL - BRUXELLES

Tôt le matin envol pour Istanbul. A l’arrivée correspondance pour Bruxelles. Fin d’un beau voyage !


Le programme peut être modifié si les circonstances sur place l’exigent.




Prix et conditions - départ 7 avril 2019

Prix par personne : 2295 EUR
Supplément single : 245 EUR


COMPRIS DANS LE PRIX
- vols de ligne Turkish Airlines en classe économique : Bruxelles - Istanbul - Tachkent / Samarkant - Istanbul - Bruxelles en classe économique (+/- 12h30)
- le vol domestique Tachkent- Ourguentch
- la taxe d’aéroport et suppléments “carburant” actuels à Bruxelles et Istanbul : 275 EUR
- la pension complète du déjeuner le jour 2 au dîner le jour 10
- 10 nuitées dans les hôtels 3/4* mentionnés au programme ou similaires
- toutes les chambres avec bain ou douche et WC
- tous les transferts et transports sur place en autocar
- toutes les entrées et visites mentionnées au programme
- les services de guides locaux parlant français
- un accompagnateur ICTAM Bruxelles - Bruxelles
- la TVA actuellement d’application
- la prime du Fonds de Garantie

FRAIS À PRÉVOIR
- les frais de traitement et du visa “groupe” : 75 EUR (sous réserve de modification !)
- les taxes pour photos et vidéos
- les pourboires : 50 EUR

A CONSEILLER
- Nous vous conseillons de souscrire une assurance voyage annulation et assistance pour vos voyages à forfait.
- L'assurance temporaire facultative MAPFRE-ICTAM TRAVEL INSURANCE Full Option All Risks (REF GTICTA-FR-20181101) : bagages, accidents, maladies, rapatriement et assistance, ANNULATION: capital assuré à 100% sans franchise et ANNULATION All Risks : capital assuré à 75% sans franchise (détails dans la police d'assurance).
Prime : 330 EUR
Veuillez noter que l’offre de l’assureur Mapfre est sujette à la disponibilité et/ou des modifications du produit et de la prime d’assurance.

Prix basés sur les taxes et tarifs aériens et services terrestres dans le pays de destination, à l’exception d’éventuelles taxes touristiques locales, connus en juillet 2018 pour avril 2019 pour un voyage en groupe de minimum 15 personnes L’éventuelle annulation du contrat par manque du nombre minimum nécessaire de participants se fera au plus tard 20 jours avant la date de départ.
Ce voyage ne convient pas aux personnes à mobilité réduite.
Un acompte de 30 % du prix du voyage forfaitaire sera facturé à la confirmation du voyage, la facture de solde sera envoyée en général 30 jours avant la date de départ.
Le voyageur peut résilier à tout moment le contrat avant le début du voyage à forfait moyennant le paiement de frais de résiliation comme indiqué dans nos conditions particulières.
- Pour les autres conditions, voir nos conditions générales.

FORMALITES
Votre passeport doit être valable au moins 90 jours après votre date de retour.
Un visa. L’obtention du visa prend en général 4 semaines.
Les formulaires et procédures de visa vous seront envoyés en temps utile.
Attention : votre passeport doit être en notre possession 1 mois avant votre départ.
www.diplomatie.belgium.be

PASSEPORT
L’obtention d’un nouveau passeport international prend 4 semaines. Faites votre demande à temps.

SANTE
Aucune vaccination n’est obligatoire.
Informez-vous auprès de :
- l’Institut de Médecine Tropicale, Anvers (travelphone : 0900/10.110), www.itg.be
- Centre médical du ministère des Affaires étrangères, Bruxelles (tél. 02/501.35.11)
- www.diplomatie.belgium.be




La carte

retour => cliquez sur la carte

Accueil | Plan du site | Destinations | Détail | Prix | Conditions Générales | Début de page

Rue de la Montagne 52
1000 Bruxelles
tel : 00-32-2-548 98 98
fax : 00-32-2-511 12 98
e-mail : info@ictam.com
aut. A1198